Articles

La laïcité à l’heure du « confinement » puis du « déconfinement » – Une atteinte à nos libertés ?

Avant de pénétrer plus avant dans le sujet, il n’est pas superflu de revoir la définition de la laïcité issue du dictionnaire, de la comparer dans les pays phares où elle a pu éclore, c’est-à-dire en France et en Belgique bien plus tard, pour en comprendre la substantifique moelle et y détecter en quoi les contraintes vécues dans le cadre des mesures COVID-19 y auraient porté atteinte et sous quels angles.

On pense à la « liberté », cette liberté dont s’est emparée la laïcité comme si avant elle, la liberté n’avait pas eu le même sens, celle-là même qui permet de croire ou pas en un dieu, d’adhérer ou pas à une religion, mais aussi celle qui anime les forces intellectuelles progressistes que ce soit en France, en Belgique et ailleurs, dont les Iles Britanniques, les Etats-Unis et bien d’autres pays, en se confondant avec la liberté au sens large, issue des textes constitutionnels et légaux de pays démocratiques, comportant celle de s’associer, de circuler, de s’exprimer, ou encore, celle de la presse.

On pense à l’égalité, qui en son concept de laïcité vise l’égalité entre les cultes et les confessions notamment, et qui au sens large, devrait permettre à tout un chacun de bénéficier des mêmes droits et d’être astreint aux mêmes devoirs que tout autre citoyen dans des conditions légales identiques.

Pensera-t-on à la fraternité, qui implique altruisme, humanisme et solidarité entre tous quelle que soit la position sociale de chacun ?

Pensera-t-on au libre-examen ?

La laïcité, son contenu évolutif

La langue française utilise le même vocable « laïcité » pour définir deux conceptions assurément complémentaires mais néanmoins distinctes : la laïcité politique et la laïcité philosophique. Les dictionnaires offrent des définitions.

Exemple chez Larousse : 1/ Conception et organisation de la société fondée sur la séparation de l’Église et de l’État et qui exclut les Églises de l’exercice de tout pouvoir politique ou administratif, et, en particulier, de l’organisation de l’enseignement. 2/ Caractère de ce qui est laïque, indépendant des conceptions religieuses ou partisanes.

Selon le Robert, la laïcité est le « principe de séparation de la société civile et de la société religieuse, l’État n’exerçant aucun pouvoir religieux et les Églises aucun pouvoir civil ».

Pour la France, selon « l’Observatoire de la Laïcité », la laïcité garantit la liberté de conscience. De celle-ci découle la liberté de manifester ses croyances ou convictions dans les limites du respect de l’ordre public. La laïcité implique la neutralité de l’Etat et impose l’égalité de tous devant la loi sans distinction de religion ou conviction. La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs croyances ou convictions. Elle assure aussi bien le droit d’avoir ou de ne pas avoir de religion, d’en changer ou de ne plus en avoir. Elle garantit le libre exercice des cultes et la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion : personne ne peut être contraint au respect de dogmes ou prescriptions religieuses. La laïcité implique la séparation de l’Etat et des organisations religieuses. L’ordre politique se fonde sur la seule souveraineté du peuple des citoyens, et l’Etat ne régit pas le fonctionnement interne des organisations religieuses.

La laïcité prend du sens en France pour la première fois pendant la Révolution de 1789 ; l’abolition de l’ancien régime s’accompagne de la fin des privilèges ecclésiastiques et de l’affirmation de principes universels, dont celui de la liberté de conscience et de l’égalité des droits exprimés par la Déclaration des droits de l’Homme de 1789. Ce processus de pensée aboutit en 1905 à la Loi de séparation des Églises et de l’État, qui marque l’aboutissement d’une laïcisation affirmée. C’est donc la loi du 9 décembre 1905 qui codifiera les principes de la laïcité en France, déjà bien ancrés. La notion de laïcité ne cesse de s’étendre en France. Depuis la Constitution de 1958, la laïcité fonde le pacte républicain et garantit l’unité nationale. Elle est entrée dans l’ADN républicain. Elle ne constitue pas une mouvance ou une tendance, mais une ossature structurelle.

En Belgique, celle qui s’est révoltée en 1830 contre la Hollande (1815-1830) protestante de Guillaume d’Orange, franc-maçon, après avoir vécu à l’heure française très maçonnique de Napoléon, succédant à la longue période autrichienne des Habsbourg (1740-1784), elle-même faisant suite à cent cinquante ans d’occupation espagnole catholique, la laïcité depuis les modifications de la Constitution de 1831 en 1993, est reconnue comme une mouvance de pensée, une communauté ; elle est financée par l’Etat, comme les autres…cultes. Mais sur le contenu philosophique, elle reste très proche de la laïcité française.

Feu Philippe Grollet, Président du « Centre d’Action Laïque » (CAL), distingue en 2007 : « la laïcité politique, ou laïcité institutionnelle, est cette exigence démocratique aussi appelée « séparation des Églises et de l’État ». Celle-ci implique l’impartialité des pouvoirs publics à l’égard des conceptions philosophiques confessionnelles ou non confessionnelles auxquelles l’État doit un respect identique dans la mesure, bien sûr, où ces conceptions sont elles-mêmes compatibles avec les principes démocratiques et les libertés et droits fondamentaux reconnus par la Constitution et les conventions internationales. Dans un État laïque, qu’on soit croyant ou incroyant, qu’on soit catholique, musulman, protestant, israélite, adventiste du septième jour, bouddhiste, agnostique ou athée, on est citoyen » (…) la croyance, l’incroyance, l’adhésion à tel ou tel culte ou la dissidence ne peuvent donner lieu à aucun avantage ni à aucune sanction, tous jouissant des mêmes droits et tous étant soumis aux mêmes devoirs. La laïcité entendue comme conception de vie (la laïcité dite « philosophique ») est une conception fondée sur des valeurs de libre examen, d’émancipation, de citoyenneté et de justice.

Les statuts du CAL, article 4, ont défini la laïcité comme impliquant ceci  : D’une part : « La volonté de construire une société juste, progressiste et fraternelle, dotée d’institutions publiques impartiales, garantes de la dignité de la personne et des droits humains assurant à chacun la liberté de pensée et d’expression, ainsi que l’égalité de tous devant la loi sans distinction de sexe, d’origine, de culture ou de conviction et considérant que les options confessionnelles ou non confessionnelles relèvent exclusivement de la sphère privée des personnes. » Et d’autre part : « L’élaboration personnelle d’une conception de vie qui se fonde sur l’expérience humaine, à l’exclusion de toute référence confessionnelle, dogmatique ou surnaturelle, qui implique l’adhésion aux valeurs du libre examen, d’émancipation à l’égard de toute forme de conditionnement et aux impératifs de citoyenneté et de justice ».

C’est l’Américain Roger Williams (environ 1603-1683) qui pourrait être considéré comme le père de la liberté religieuse, à travers son ouvrage «  Etudes théologiques et religieuses ».

De la convergence franco-belge apparaît que la laïcité est un principe humaniste fondé sur le régime des libertés et des droits humains, sur l’impartialité du pouvoir civil démocratique dégagé de toute ingérence religieuse ; il oblige l’État de droit à assurer l’égalité, la solidarité et l’émancipation des citoyens par la diffusion des savoirs outre l’exercice du libre examen.

La laïcité n’est pas une opinion, c’est le droit d’en avoir une. La laïcité s’articule autour de trois socles : la liberté, l’égalité et la solidarité, version proche de la fraternité au sens large, sans oublier le libre-examen.

Nous retenons donc de la laïcité : la séparation de l’Eglise et de l’Etat ; la liberté (de religion, de pensée et d’expression liés à une croyance ou une confession), l’égalité (devant la loi et la justice) et la solidarité entre les citoyens au sein d’une société progressiste de personnes qui se posent librement des questions et les passent au crible de la critique selon leur liberté de conscience.

Cette laïcité conçue comme concept global de libre pensée et de liberté de culte est moyennement exportable hors France et hors Belgique, mais elle l’est beaucoup moins dans le registre de la neutralité de l’Etat et de la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses. Sans doute l’égalité devant la loi et la justice rencontre-elle plus de succès au sein des démocraties, de même que la notion de solidarité entre citoyens. Quant à la liberté de conscience ou au libre-examen, ce mode de réflexion pourrait être universel, exonéré de tous dogmes.

Le confinement dû au covid-19 a-t-il égratigné cette laïcité-là ?

La COVID-19

De quoi parle-t-on ? Les media nous ont littéralement gavé du sujet jusqu’à l’indigestion ; les autorités ont communiqué, chacune à sa manière, et on peut émettre des critiques, mais le fait est là : par la volonté du prince, comme disent les juristes, le citoyen s’est vu imposer de lourdes restrictions et nul n’a pu les examiner pour opérer des choix, faute de passer pour un presque délinquant ou un irresponsable. Etre prudent par respect est une chose ; obéir aveuglément à des oukases relevant de l’excès ou du paradoxe c’est autre chose.

Néanmoins, le principe de précaution s’est imposé, même si d’emblée d’aucuns y ont vu l’arbre qui cachait une forêt sans chants d’oiseaux, sans soleil, où l’humanité devait s’attendre, après le pain blanc, à manger du pain noir, ce pain que l’on réservait aux Ukrainiens en les affamant en URSS, constitué de paille et de terre, alors que le blé de ce grenier productif poussé à outrance allait ailleurs, mais il convenait de ne pas en parler sous peine de disparaître.

Saura-t-on un jour ce que la crise sanitaire aura engendré en son nom mais qui relevait de paramètres antérieurs, tant au point de vue économique que social ?

On a confiné les gens ; ils ont dû se masquer, y compris ceux qui se battaient hier pour que le voile ne soit pas une obligation ; la liberté du commerce a fondu comme une peau de chagrin ; l’économie a connu la panne, l’arrêt, et a laissé les imaginatifs au pouvoir, lorsque c’était possible. Les autorités ont asséché une partie de nos libertés.

Nul n’ignore que d’une certaine manière, l’idée de liberté est plus importante à l’esprit que la liberté elle-même ; priver une personne du droit de faire ce qu’elle veut, même si au fond de sa pensée elle n’y pas songé, la motive pour s’en plaindre voire se révolter ; braver l’interdit relève de la tentation ; aucun oiseau ne peut vivre sans ailes car il lui serait impossible d’aller où il veut ; l’humain a toujours rêvé de voler ou d’escalader ou d’ouvrir les portes du voyage ; aujourd’hui, il part en vacances, participe à la fête de quartier, invite ses amis, se réunit en divers groupes, se rend au temple à la messe ou au cinéma, au théâtre ou nulle part parce que il l’a décidé lui-même.

Mais hélas, en 2019, une manipulation virale s’échappe et part à la conquête de la planète, prolifère, se transmet pour la première fois directement de personne à personne sans intermédiaire, peut tuer et s’avère plusieurs fois plus contagieuse que les grippes saisonnières.

2019 : apparition en Chine près de Wuhan d’une nouvelle maladie infectieuse respiratoire appelée SARS-COV-2, différente du SARS-COV de 2003 et du MERS-COV de 2012 au Moyen-Orient ; elle provoque une épidémie rapide de symptômes de type pneumonie virale d’une étiologie inconnue ; on le nomme COVID-19 ; on en tait l’existence, puis on en parle avec prudence, gêne ou diplomatie, et enfin, une information plus inquiétante se répand, contrainte par les événements et par les propos vrais d’une femme médecin du laboratoire de niveau 4 où l’accident semble s’être déroulé.

En Chine dans la province du Hubei, axe économique majeur, non loin de la ville de Wuhan, avec ses onze millions d’habitants, septième ville chinoise, ville de première importance en histoire politique où en 1911 démarre la révolution, dans les campagnes avoisinantes, des personnes ont en effet osé se plaindre de fatigue intense, de toux, de fièvre, et ont dû être admises aux urgences quand elles ne sont pas mortes en silence ou faute de soins.

Cette ville comporte un des plus grands laboratoires d’étude et d’analyses de virus, ceux qui existent et ceux que peut-être la nature pourrait créer ; on y joue à dieu ; on y concocte des monstres nanoscopiques d’une mortalité qui fait peur, qui dépasse l’horreur imaginée par les stratèges militaires les plus amoraux, s’il en est.

Tout droit donc sorti du laboratoire de niveau 4 de Wuhan en Chine, pour des motifs qui demeurent flous, ce virus de haute létalité a été identifié comme très dangereux parce très contagieux et donc en capacité de générer une pandémie mondiale, outre que très vite il a été présenté comme mutagène.

Et l’histoire du pangolin du marché de Wuhan ?

Nombre de pays l’ignorent encore, mais ils vont devoir faire face sans préparation, à une crise sanitaire « multinationale » qui conduira dans de nombreux pays à prendre progressivement ou de façon plus brutale diverses mesures plus ou moins radicales, et dans d’autres à ne pas ou presque pas agir.

Qui de s’empresser de dresser des tableaux animés de prolifération des cas, qui d’enfiler le costume du scientifique anxiogène, qui d’imaginer avec force détails des lendemains d’une humanité décimée, et qui d’annoncer des dispositions liberticides plus contraignantes les unes que les autres.

2020 : premiers messages d’alertes timides, non concertés, paradoxaux, tantôt minimisés, tantôt majorés, filtrés, amplifiés ou étouffés. Le monde tend le dos ; quelque chose d’infiniment petit se répand et tue les plus fragiles ; aucun vaccin n’existe, notre immunologie naturelle ne nous en protège pas et rien ne permet de détecter la contagion de manière efficace et rapide ni de s’en protéger.

On se prépare au pire, à vivre une nouvelle période de guerre, type 1914-1918 ou 1940-1945…au choix des plus imaginatifs.

Certains pays sont durement et rapidement touchés ; les autorités politiques sur conseils des scientifiques inventent un mot qui se traduit par un acte terrible : le « confinement ». Le monde comptera des centaines de milliers de morts, mais le confinement va éviter le débordement des services hospitaliers, qui vont gérer de manière exemplaire.

On reste chez soi et on n’en sort pas ; on ne rencontre personne et on évite donc tout contact ; on ordonne la fermeture des commerces non essentiels ; les entreprises s’arrêtent les unes après les autres ; on se met à dire dans certains discours que l’on est en guerre contre un virus ; des décrets, lois ou pouvoirs spéciaux sont accordés aux gouvernements qui entendent y recourir ; les personnes sont confinées par contrainte ; toute infraction est sanctionnée. La liberté que l’on pense acquise se voit limitée.

La peur envahit les esprits ; on craint une rupture des approvisionnements alimentaires, des soins pour tous, de la capacité hospitalière qui serait dépassée, des catastrophes sanitaires et économiques, sans parler d’un manque potentiel d’approvisionnement en fuel et en autre matières.

Presque 24h/24, la presse s’empare du sujet dans son rôle d’information, relais du monde politique et médical ; l’actualité croise la désinformation ; les nouvelles se mélangent aux « fake news » des quidams ou des agences étrangères intéressées par la déstabilisation politique en Europe  ; les agitateurs alimentent des théories soit anxiogènes (on va tous mourir), soit complotistes (ce virus est envoyé à dessein ou encore, ce qui arrive arrange les puissants et les autorités pour enfin changer les règles économiques et sociales en profondeur), soit les deux, et soit encore, et c’est heureux, réalistes : ce fléau frappe les plus faibles, l’économie, oblige ou permet de rebattre les cartes des paramètres du monde social, du travail, des entreprises, des habitudes, et offre la naissance d’un mode de vie nouveau…dont les dirigeants et les peuples feront ce qu’ils auront à faire.

Le confinement de la liberté laïque

Un coronavirus d’un nouveau type conquiert l’humanité, rapidement devenu inquiétant par ses caractéristiques inconnues.

Les réactions des Etats sont donc apparues désordonnées, chaotiques, inexpliquées voire même non justifiées aux yeux de certains ; le tout s’est manifesté par une sorte de désordre apparent dû à un manque d’information et de communication convoquant des mesures qui à la fois ont mis en action le principe de précaution, la peur d’une épidémie majeure à l’échelle de l’humanité, l’ignorance, le manque de bonne gouvernance stratégique en matière de produits et de matériaux, et la réalité économique et sociale.

L’Europe des frontières est sortie de ses oubliettes ; on l’a crue enterrée ; la souveraineté étatique l’a emporté, quitte à violer les traités. Les dirigeants ont démontré leur indépendance décisionnelle, plutôt que de se concerter face à un problème supranational grave. Les calendriers de chacun des gouvernements ont été gérés selon des paramètres qui confinent à des questionnements générateurs d’incertitudes. Les discours ont varié. Les annonces et les types de mesures ont concouru à plus de réactions hostiles, d’inquiétude, de peur et de pensées négatives qu’à une prise de conscience de l’existence d’un souci que tous ensemble nous pouvions résoudre avec prudence et maturité.

Il n’en demeure pas moins que le confinement n’a pas porté atteinte à la laïcité en son sens premier ; en effet, tous les cultes ont été mis sur le même pied, comme toutes les réunions, tous les citoyens quelles que soient leurs opinions et leur condition ; il en est de même dans le déconfinement.

Quant à la liberté constitutionnelle, on aura compris que, sans être annihilée, les autorités, d’un coup sec, lui ont rogné les ailes, par des mesures prises à la hâte. Peut-être est-ce là le plus inquiétant qui conduit à méditer. Ce qui s’est fait peut revoir le jour, sans guerre…

Je note aussi avec une vive inquiétude que lors du confinement, il s’est trouvé de bonnes âmes pour dénoncer leurs voisins, trop nombreux à leur goût ou dont le barbecue les incommodait. Cela ramène à des terribles souvenirs. La solidarité humaine à défaut d’être laïque, ne passe absolument pas par la délation et par l’appel à un ami policier pour que l’on vienne verbaliser chez l’autre ; entre le procès-verbal et la voiture de la gestapo, il existe une galaxie de différence, mais pas dans l’esprit stupide qui dénonce son prochain.

Confinement, déconfinement, égalité et solidarité

Le confinement et le déconfinement n’ont pas non plus porté atteinte aux notions laïques de solidarité et d’égalité.

Par contre, au sens laïc étendu, qui rejoint l’égalité historique devant la loi et la solidarité proche de la fraternité, la crise COVID-19 laisse des traces.

Les media se sont faits le relais d’une peur panique qui a tenté de convaincre. Le virus a remplacé tous les intégristes radicaux dans l’actualité et pris la vedette de toutes les émissions jusqu’à la nausée ; il fallait faire peur, mais à quoi bon procéder ainsi auprès des personnes raisonnables à qui il suffisait d’expliquer clairement ? Faut-il croire que le peuple n’est composé que de grands enfants ingérables et irrespectueux de leur vie, de celle des autres et de règles qui bien exposées peuvent devenir librement consenties ? L’égalité entre les citoyens se nivelle-t-elle par le bas ? La société de progrès peut se prendre en charge ; cela reste le pari laïc.

En matière d’égalité, certains ont bénéficié d’informations leur permettant de passer entre les mailles du filet…et de voyager…. En cette matière, l’exemple de privilégiés qui profitent de passe-droits passe mal auprès de la masse coincée, qui dans des appartements deux pièces sans jardin ni sortie, qui dans son studio ou sa maison de repos …sans visite.

Les privilèges et l’égalité ont montré le côté explosif du cocktail.

Quant à la solidarité, elle se distingue de la fraternité. On a vu de grands élans de solidarité en matière de santé, et des attitudes d’un égoïsme total ; l’Homme loup vit en meute, mais jamais il ne faut oublier la structure de la meute ni surtout que l’Homme est un loup pour l’Homme. La solidarité relève du concept naturel en matière de survie, mais pas en matière de santé, ni lorsque le faible menace le groupe. Et pourtant, la loi de complémentarité de la jungle l’emporte sur celle du plus fort. La société humaine paraît ne pas le comprendre…naturellement.

La fraternité passe par la démarche vers l’autre pour partager des valeurs et un sens qui se double d’une signification. Lorsque tout s’écroule, ou plutôt lorsque l’on fait croire que tout s’écroule, le chacun pour soi jette par-dessus bord les valeurs partagées puisqu’elles meurent, et il n’existe plus de sens que dans la survie de ce que l’on veut continuer à être, dans la mesure où ce que l’on a s’effrite. Et pourtant, l’amour de l’autre, le soin à apporter à son prochain, son frère, sa sœur en humanité, demeurent des lampes allumées sur un avenir à vivre tous ensemble.

L’aspect le plus important de cette crise se niche dans la liberté de conscience ou libre-examen, ce qui touche les valeurs de la laïcité en plein cœur.

Depuis des années la société évolue vers une régression de l’esprit critique que l’on n’enseigne plus assez, qu’il s’agisse des professionnels ou des parents. Entre les pousses de baobabs d’une potentielle future idiocratie et les germes démultipliés d’une société à la 1984 de Georges Orwell, le monde socio-culturel chemine.

Il est des pays où il n’y a plus de budget public pour la culture, une affaire privée disent certains. Il est des milieux sociaux où se poser des questions ou remettre en cause des idées préconçues, du prêt-à-penser, est insupportable. Le savoir et la connaissance forgent la capacité d’analyse de l’esprit et notamment, évitent de revivre les tourments du passé, en débusquant les éternels retours toujours possibles.

La crise, et elle n’est pas terminée, loin de là, a montré combien d’aucuns sont prêts à croire n’importe quoi ou n’importe qui ; le premier messie ou le premier personnage charismatique venu semble pouvoir conquérir une audience, voire un électorat, ce qui rappelle d’autres époques. Cette période d’angoisse a mis en évidence les dérives de la mondialisation, l’absence de pensée stratégique des Etats dépendant de matières produites ailleurs, et la méconnaissance générale en matière de santé, d’économie et de politique concertée.

Peu nombreux sont ceux qui ont soulevé, par mise en pratique de leur esprit critique et par leur liberté de conscience, les nombreux points qui inquiètent et que nul n’explique, comme on n’a pas expliqué en URSS ; je sais le propos fort mais il vise à contribuer à une prise de conscience de ce que nous pouvons faire tous la main dans la main pour ne pas que l’on nous fasse prendre des vessies pour des lanternes, pour que demain nos enfants et petits enfants vivent dans un monde heureux où il fait bon vivre.

Ce confinement n’a pas duré quatre ou cinq ans, sans quoi que serions-nous devenus ?  Le virus circule encore et la crise débute. Nous ne savons que peu de demain. Soyons solidaires, fraternels, ouverts d’esprit, forts et courageux.

Que notre chère liberté soit le fer de l’épée qui défend nos plus belles valeurs, celles du bonheur pour tous dans l’égalité, la fraternité et l’absolue liberté de conscience.

Que notre solidarité soit le bâton sur lequel chacun peut s’appuyer et partager l’infortune comme le bon pain.

Juin 2020, Philippe Liénard
Juriste, auteur et éditeur – conférencier