Articles

Les esclaves modernes

L’ esclavage a été aboli au XIXe siècle pourtant « au cours des cinq dernières années, 89 millions de personnes ont été victimes d’une forme d’esclavage moderne pendant une durée allant de quelques jours à cinq années entières. »[1]

Bien qu’interdit, l’esclavage existe toujours à une échelle considérable. Si pour certains auteurs comme Eduardo França Paiva, l’utilisation du terme esclave moderne est une mauvaise chose parce que l’esclavage « historique » ne correspond pas à la réalité que les « esclaves modernes » connaissent. Eduardo França Paiva accuse les utilisateurs de ces termes de vouloir choquer les esprits. Cependant pour lui, cela a pour conséquence de : « recréer la catégorie « travail esclave » aujourd’hui revient à faire renaître l’esclave lui–même et aussi à transformer, par des voies politiques, idéologiques et même religieuses – mais pas historiques – le travailleur exploité en esclave ».[2]

Dans cet article, le terme d’esclavage moderne sera utilisé comme « un terme générique synthétisant des aspects juridiques qui se recoupent. Pour l’essentiel, il se réfère à des situations d’exploitation qu’une personne ne peut refuser ou quitter en raison de menaces, de violences, de coercition, de tromperie et/ou d’abus de pouvoir ». [3] On utilise le concept d’esclavage moderne pour des situations liées au trafic lié au prélèvement d’organes, aux enfants soldats, aux mariages forcés, au travail forcé.

Nous rejoignons Eduardo França Paiva qu’il est important de garder en tête que nous sommes face à deux réalités historiques différentes. L’usage de la terminologie « esclavage moderne » n’a pas pour vocation à apitoyer : la réalité vécue par l’esclavage moderne n’a rien à envier à son homonyme. Là, où l’esclave avait souvent une grande valeur pour le maître, l’esclave moderne est une marchandise que l’on jette dès qu’elle n’est plus utile.

« Des esclaves modernes oui mais dans les pays pauvres ! »

En 2018, on estimait que plus de 40 millions de personnes (40,3 millions) étaient dans une situation d’esclavage moderne. Parmi ceux-ci, 25 millions d’adultes et d’enfants étaient soumis au travail forcé y compris dans les chaînes d’approvisionnement mondiales ».[4] Le reste consiste en des mariages forcés. En effet, on divise en deux catégories les esclaves modernes : ceux qui sont astreints au travail forcé (par un employeur d’entreprises privées ou travail forcé par l’Etat) et ceux qui vivent un mariage forcé.

L’esclavage existe bel et bien en grand nombre dans beaucoup de pays et pas simplement dans les pays en voie de développement. Il existe dans de nombreux domaines comme l’industrie de la pêche et des fruits de mer en Thaïlande, dans les mines de charbon en Corée du Nord, dans la cacaoculture en Côte d’Ivoire, la production d’appareils électroniques en Malaisie ou encore dans l’élevage de bétail au Brésil pour ne citer que ces exemples.

Mais on trouve également des personnes en situation d’esclavage chez des diplomates en Australie (et bien d’autres pays européens), dans des stations de lavage de voitures au Royaume-Uni.

Pour l’Europe et l’Asie centrale, on estime à 3,6 millions le nombre d’esclaves. Des chiffres qui sont bien inférieurs à la réalité mais dans de nombreux pays, il est impossible de savoir ce qui se passe réellement.

La Belgique est classée, 135e sur 167 des pays qui ont recours à l’esclavage moderne. Il y aurait 23.000 personnes en situation d’esclavage dans le royaume.[5] Mais qui sont ces esclaves que nous ne pensons pas voir et dont on n’entend pas parler ? « Pour moitié, des filles poussées à la prostitution, pour un tiers des travailleurs réduits à la servilité, les autres sont essentiellement des mendiants ».[6] Il y a en Belgique un grand nombre de prostituées nigérianes qui sont exploitées, en 2017, elles représentaient un tiers des prostituées présentes en Belgique. On trouve également des travailleurs serviles dans le secteur du bâtiment et de l’Horeca. Des personnes qui arrivent en Belgique avec peu de qualification et qui cherchent un travail. Ils tombent sur des employeurs qui vont profiter du fait qu’ils ne parlent pas français ou néerlandais et qu’ils ont une méconnaissance de la législation du pays pour les exploiter. [7]

L’esclavage moderne n’est donc pas que l’apanage des pays plus pauvres. Il existe bel et bien partout et est plus proche de nous que nous pourrions parfois le penser.

L’esclavage moderne : différentes réalités

L’esclavage moderne se produit aux quatre coins de la terre. Il peut affecter tout le monde sans distinction de race, de sexe ou de religion.

On observe que les femmes, les hommes et les enfants sont touchés par cette réalité mais pas avec la même proportion dans tous les domaines. Cependant, on observe que les femmes sont surreprésentées. 71% des victimes d’esclavage moderne sont de sexe féminin. Hormis dans la catégorie du travail forcé par l’état où elles ne représentent que 40%, ce sont toujours les femmes qui sont les plus exploitées : mariage forcé (84%), le travail forcé dans l’industrie du sexe (99%), travail forcé (58%).

Les femmes sont plus largement touchées par l’esclavage moderne

Si certaines femmes sont envoyées à des milliers de kilomètres de chez elles pour servir d’esclave sexuel ou d’esclave domestique, elles sont enlevées en Ouganda et envoyées en Europe du sud ou en Europe occidentale. Mais pour beaucoup, l’exploitation se fait bien plus proche de chez elles parfois même par des proches.

Le travail forcé des femmes

L’exemple du travail domestique

Une étude réalisée par l’OIM (Organisation International pour les Migrations) met en lumière qu’entre 12000 et 14000 Ethiopiennes travaillent actuellement au Liban comme employées de maison. Elles n’ont aucune protection et sont soumises à toutes sortes de mauvais traitements. Elles sont très nombreuses à avoir perdu la vie dans des circonstances obscures.[8] En Arabie Saoudite, les domestiques sont privées de toute protection alors que le pays a pourtant un code de travail favorable aux femmes, ce qui met en avant le statut particulièrement inférieur de cette « profession ». [9]

Un peu partout dans le monde, des femmes témoignent des maltraitances qu’elles subissent : elles doivent travailler entre « dix-huit et vingt heures par jour et dormir dans un coin ou dans un couloir, tout en étant régulièrement violées et battues ».[10]

En Haïti, à cause de la pauvreté présente dans les campagnes, de nombreuses familles se voient contraintes à envoyer leurs très jeunes enfants, travailler en ville comme domestiques. Les parents ne sont pas rémunérés mais ils espèrent qu’en échange les enfants soient nourris.

Des femmes venues d’Afrique, d’Asie ou du Proche-Orient arrivent en Europe pour trouver un travail et un logement… Mais à leur arrivée, elles deviennent domestiques et sont souvent séquestrées, privées de leurs papiers, elles doivent travailler entre 15 à 20 heures par jour, et cela 7 jours sur 7 sans bénéficier de salaire ou de congé.[11] Ces jeunes femmes subissent de nombreuses violences de leurs patrons et même des viols.

Le travail forcé pour dettes.

50% des personnes qui travaillent de manière forcée, le font suite à une dette. Une personne contracte une dette et travaille pour la rembourser. Dans certains cas, la dette sera transmise en héritage et les enfants seront également contraints au travail forcé.

Ces travailleurs, on les retrouve dans l’agriculture (thé, café, sucre, huile de palme, culture du coton), dans la production de produits électroniques, dans la pêche ou encore dans les mines. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à être exploitées dans ces domaines. [12]

Les mariages forcés : une pratique culturelle ?

Les esclaves modernes se sont aussi des personnes qui ont été forcées de se marier. On estime que cela représentait 15,4 millions de personnes en 2016. 88% de ces esclaves sont des femmes ou des filles dont un tiers ont moins de 18 ans au moment du mariage. [13]

Dans plus d’une centaine de pays, le mariage forcé n’est pas considéré comme un crime. [14]

Ces alliances forcées se produisent tant dans les pays en développement que ceux développés. Principalement, des femmes sont forcées de se marier parfois pour des raisons liées à la culture mais dans d’autres cas, ce sont des raisons économiques qui poussent les alliances. [15]

Pourquoi une telle proportion de femmes dans l’esclavage ?

L’exploitation des femmes en grand nombre est expliquée par un non-respect des droits humains, par une vision discriminatoire de la femme. On sait que les femmes sont plus susceptibles de vivre dans la précarité. Elles sont déjà plus « exploitées » au sein même de leur propre famille où elles effectuent des heures de travail sans bénéficier de salaire. Elles ont également moins facilement accès à l’éducation ce qui a pour conséquence de les priver de l’accès à des emplois qui ne sont pas précaires. Les femmes se retrouvent dans un cercle vicieux.

Et les hommes dans tout cela ?

L’esclavage moderne n’épargne pas non plus ni les hommes ni les garçons. Les hommes sont nombreux dans des industries, telles que l’agriculture, les mines et la construction mais la seule catégorie où ils sont plus nombreux que les femmes c’est l’esclavage par l’État.

La Corée du nord a mis en place tout un système d’esclavage en exportant des citoyens un peu partout dans le monde. La Pologne a accueilli un grand nombre de coréens du nord, qui travaillaient sans avoir de papier (on leur prend à leur arrivée), qui ne recevaient pas de salaire ou très faible alors qu’ils prestent des horaires de plus de 12 heures par jour. En effet, ils touchent de 0 à 30% de leur salaire, le reste est directement envoyé dans les caisses de l’Etat nord-coréen Ces travailleurs seraient des centaines peut être des milliers à avoir été contraint au travail forcé en Europe. Ils travaillent en grand nombre sur des chantiers navals.

Ces travailleurs sont arrivés en Pologne par l’intermédiaire de firmes à la recherche de main d’œuvre peu coûteuse. La Corée du nord manque souvent de liquidité, elle utilise donc ses concitoyens comme des marchandises exportables. Elle s’assure qu’ils ne fuient pas grâce à des menaces et sélectionne également les candidats sur des critères précis : avoir une famille et y tenir pour qu’ils ne soient pas tentés de les abandonner. La Corée du nord joue donc sur la fidélité de ses concitoyens pour les exploiter, les mettre en esclavage pour s’enrichir. [16]

L’esclavage moderne : la faute à qui ?

Celle du consommateur ?

« L’esclavage, ça ne nous regarde pas puisque c’est quelque chose qui se passe dans les pays pauvres, et/ ou les pays en guerre ».Souvent, on veut éliminer l’esclavage dans le pays où le crime est commis, ignorant les liens qu’il existe entre l’esclavage là-bas et nos actions. Il est important de réaliser qu’on joue tous également un rôle lorsqu’on achète des vêtements, un téléphone un autre produit « à risque ». Le Global Slavery Index a défini cinq types de produits à risque d’induire de l’esclavage moderne : les ordinateurs et les téléphones, les vêtements, les poissons, le cacao ou encore la canne à sucre.[17]

Chaque année, les pays du G20 importent pour 354 milliards d’euros des ces types de produits à risque. Faire produire dans ces conditions dans d’autres pays, permet aux gouvernements d’avoir bonne conscience et les consommateurs ignorent ainsi souvent leur responsabilité dans ces pratiques. Les Américains mettent sur le marché chaque année pour 189 milliards soit 40% de la totalité des importations mondiales de produits à risque. [18]

Vous n’entendrez personne dire que l’esclavage est une chose positive mais pourtant, beaucoup continuent à en profiter. Dans beaucoup de pays dont le Canada et les Etats-Unis, les marchés proposent ces produits car rien n’empêche leur importation.

Le consommateur a –t -il actuellement vraiment la possibilité d’acheter « éthique » ? Les produits éthiques sont-ils abordables pour la bourse de tout un chacun ? Comment chaque citoyen peut-il s’assurer que ses achats n’ont pas été produits par des personnes exploitées à l’autre bout du monde ?

En achetant local, on réduit les risques mais ce n’est pas toujours possible. En achetant un smartphone, il est difficile d’acheter totalement local. Il existe cependant une alternative qui se veut éthique : le Fairphone. Il est socialement responsable : les ouvriers d’usine reçoivent une prime et un salaire décent. Il se veut plus écologique puisque tous les composants peuvent être changés séparément. Ce téléphone est réalisé en plastique recyclé et les minéraux sont garantis « sans conflit ». On peut espérer que ce type d’entreprise garantisse la production dans des conditions éthiques mais est-ce que « minéraux sans conflit » inclut également « minéraux sans esclave moderne » ?

Ces dernières années différentes applications ont vu le jour dans le but d’aider les citoyens à se renseigner et à consommer autrement. L’application buyornot  propose par exemple de scanner un produit et de voir s’il produit éthiquement ses produits et s’il existe une campagne de boycott dans le cas contraire.

Celle de nos gouvernements ?

Si on trouve une grande proportion d’esclaves modernes dans des pays qui connaissent des conflits armés, « Il ne suffit pas de blâmer ceux qui ont les armes. On doit aussi assumer la responsabilité de ceux qui ont le pouvoir d’influencer les décisions mais qui choisissent de ne pas agir ». Chaque gouvernement a aussi sa part de responsabilité.

Un grand nombre de pays dans le monde ont mis en place des législations pour interdire l’esclavage moderne. Les pays qui prennent le plus de mesures pour lutter contre l’esclavage moderne sont : le Royaume-Uni, les Pays-Bas, les Etats-Unis, le Portugal, la Suède, l’Argentine, la Belgique, l’Espagne, la Croatie, l’Australie. Mais force est de constater que légiférer sans mener d’actions concrètes ne suffit pas. [19]

Dans la Cible 8.7 des objectifs de développement durable des Nations Unies, les dirigeants se sont engagés à: »Prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite des êtres humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats et, d’ici à 2025 mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes ». Ensuite, ils se sont fixés pour 2030 la mission d’éradiquer le travail forcé, l’esclavage moderne et la traite des êtres humains « .[20]

Mais pour que la lutte contre l’esclavage moderne soit efficace, il faut que les états recherchent les abus dans leurs chaînes d’approvisionnement pour interdire l’exportation de ces produits. Désormais, 36 pays enquêtent sur la manière dont se passent les chaînes de production là où en 2016 ils n’étaient que quatre pays à le faire. Les progrès pour atteindre la cible restent très lents. 47 pays ne considèrent toujours pas la traite des êtres humains comme un crime.

Pour agir contre l’esclavage moderne, il est important d’améliorer la gouvernance de la migration. En effet, une part importante de l’esclavage moderne est associée à la migration qui peut créer des situations de vulnérabilité qui peuvent être exploitées ».[21] L’exploitation des migrants peut commencer avant même le processus de migration, lorsque les agents de recrutement facturent des frais de recrutement.[22] On observe souvent que même parmi les pays qui prennent le plus position contre l’esclavage, le fait qu’ils ont des politiques migratoires restrictives, favorise les cas d’exploitation.[23]

Que cela soit les organisations internationales, les gouvernements, les citoyens, chacun a son rôle à jouer pour éradiquer l’esclavage moderne.

Marie Béclard
FAML

  1. Estimations mondiales de l’esclavage moderne, Genève, 2017, p.5, consulté le 01 septembre 2020 sur https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—dgreports/—dcomm/documents/publication/wcms_651912.pdf
  2. E. FRANCA PAIVA, « Le travail contrait et l’esclavage. » dans Cahiers d’études africaines, 179-180, 2005, p. 1128.
  3. Estimations mondiales de l’esclavage moderne, Genève, 2017, p.9 consulté le 01 septembre 2020 sur https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—dgreports/—dcomm/documents/publication/wcms_651912.pdf
  4. Mettre fin au travail des enfants, au travail forcé et à la traite des êtres humains dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, P.2 informations consultées le 12 août 2020 sur le site https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—ed_norm/—ipec/documents/publication/wcms_716931.pdf
  5. J.-F. POLLET,Du nord au sud et à l’envers. Esclaves modernes, publié le13 janvier 2020. Informations consultés le 1e septembre 2020 sur le site https://www.rtbf.be/info/societe/detail_en-belgique-plus-de-23-000-personnes-sont-des-esclaves-modernes?id=9992329
  6. Informations consultés le 1e septembre 2020 sur le site https://www.cncd.be/Esclaves-modernes
  7. J.-F. POLLET, Du nord au sud et à l’envers. Esclaves modernes, publié le13 janvier 2020. Informations consultés le 1e septembre 2020 sur le site https://www.rtbf.be/info/societe/detail_en-belgique-plus-de-23-000-personnes-sont-des-esclaves-modernes?id=9992329
  8. Informations consultées le 1 septembre 2020 sur le site https://www.amnesty.be/veux-agir/agir-localement/agir-ecole/espace-enseignants/enseignement-secondaire/dossier-papiers-libres-2004-violences-femmes/article/4-8-l-esclavage-moderne-ou-les-sevices-subis-par-les-domestiques
  9. Informations consultées le 1e septembre 2020 sur le site https://www.esclavagemoderne.org/2017/07/08/8-juillet-2017/
  10. Informations consultées le 1 septembre 2020 sur le site https://www.amnesty.be/veux-agir/agir-localement/agir-ecole/espace-enseignants/enseignement-secondaire/dossier-papiers-libres-2004-violences-femmes/article/4-8-l-esclavage-moderne-ou-les-sevices-subis-par-les-domestiques
  11. Estimations mondiales de l’esclavage moderne, Genève, 2017, p.9 consulté le 01 septembre 2020 sur https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—dgreports/—dcomm/documents/publication/wcms_651912.pdf
  12. Estimations mondiales de l’esclavage moderne, Genève, 2017, p.9 consulté le 01 septembre 2020 sur https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—dgreports/—dcomm/documents/publication/wcms_651912.pdf
  13. Estimations mondiales de l’esclavage moderne, Genève, 2017, p.9 consulté le 01 septembre 2020 sur https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—dgreports/—dcomm/documents/publication/wcms_651912.pdf
  14. Mesurage, action, liberté : évaluer les actions gouvernementales visant à atteindre la cible 8.7, publié le 19 juillet 2019 sur le site https://delta87.org/2019/07/mesurage-action-liberte-evaluer-les-actions-gouvernementales-visant-a-atteindre-la-cible-8-7/?lang=fr
  15. Global findings, Globa Slavery Index, p.22 informations consultées le 1e septembre 2020 sur le site https://downloads.globalslaveryindex.org/ephemeral/3_Global-Findings-1600083318.pdf
  16. S. SIBT, Ces « esclaves d’Etat »  que la Corée du Nord en Europe, publié le 08 juillet 2016 sur le site https://amp.france24.com/fr/20160707-coree-nord-esclavage-pologne-europe-travail-force-soudeur
  17. Informations consultées le 12 août 2020 sur le site https://fr.aleteia.org/2018/08/22/lesclavage-moderne-une-realite-pour-plus-de-40-millions-de-personnes/
  18. Informations consultées le 12 août 2020 sur le site https://fr.aleteia.org/2018/08/22/lesclavage-moderne-une-realite-pour-plus-de-40-millions-de-personnes/
  19. Mesurage, action, liberté : évaluer les actions gouvernementales visant à atteindre la cible 8.7, p.3 publié le 19 juillet 2019 sur le site https://delta87.org/2019/07/mesurage-action-liberte-evaluer-les-actions-gouvernementales-visant-a-atteindre-la-cible-8-7/?lang=fr
  20. Contributions de l’OIT pour atteindre la Cible 8.7, Informations consultées le 9 septembre 2020 sur le site https://www.ilo.org/global/topics/sdg-2030/goal-8/target-8-7/lang–fr/index.htm
  21. Estimations mondiales de l’esclavage moderne, Genève, 2017, p.10, consulté le 01 septembre 2020 sur https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—dgreports/—dcomm/documents/publication/wcms_651912.pdf
  22. Mesurage, action, liberté : évaluer les actions gouvernementales visant à atteindre la cible 8.7, p.3 publié le 19 juillet 2019 sur le site https://delta87.org/2019/07/mesurage-action-liberte-evaluer-les-actions-gouvernementales-visant-a-atteindre-la-cible-8-7/?lang=fr

Le féminisme : ce qu’il est, et ce qu’il n’est pas. Et pourquoi il est indispensable.

Le féminisme est né d’une injustice planétaire et millénaire reléguant les femmes dans un sous statut par rapport aux hommes. Après quelques révoltes ponctuelles au fil des siècles de la part de femmes d’exception, le mouvement s’est véritablement constitué au 19è siècle en Angleterre, avec le combat des « Suffragettes » pour obtenir le droit de vote.

Ces combats, qui ont certainement fait évoluer les idées et réduit l’injustice faites aux femmes, sont loin d’avoir éradiqué toutes formes d’inégalités, de mauvais traitements, d’exploitations imposées aux femmes ; dans de nombreux pays « la malédiction d’être une fille » [D. Sigaud] perpétue le plus vaste scandale de l’histoire humaine. Quelle que soit l’injustice subie par un groupe humain, elle s’avère toujours pire pour les femmes.

Malgré cela, il n’est pas rare d’entendre des personnes dire « je ne suis pas féministe », même si elles partagent l’idéal d’égalité homme/femme dont le terme est porteur ; qu’elles soient convaincues que « tout est acquis » et qu’il n’y a plus lieu de s’inscrire dans une revendication féministe, ou qu’elles désirent se démarquer de connotations associées au mot « féministe » pose évidemment question et indique la nécessité d’un travail d’information. Le présent texte résulte du sentiment d’urgence d’y participer et de tenter de dissiper les malentendus qui déforcent ces luttes pour plus d’égalité.

Le genre

Le statut d’infériorité imposé aux femmes et l’injonction de se conformer à un rôle  vient de préjugés et stéréotypes très anciens mais toujours vivaces à l’heure actuelle : « L’invention d’une différence radicale entre homme et femme aboutit à des rôles prescrits (vus comme naturellement déterminés) pour l’un et pour l’autre, qui avec la potentialité de maternité, renvoie toujours la femme au foyer, dans le soin aux enfants, aux faibles, aux vieillards…et les tâches domestiques. » [E. Badinter (interview, 2011)]

Comme l’a magistralement exprimé et démontré S. De Beauvoir (« On ne naît pas femme, on le devient »), la féminité est avant tout un fait culturel, donc acquis. Les individus sont tous différents et notre identité est avant tout un élément personnel unique, déterminé culturellement au fil de notre existence, et non par une constitution physiologique. Chacun porte en soi un mélange subtil de ce que l’on appelle féminité et virilité.

Le « genre » est précisément l’ensemble des « marqueurs » que la société assigne à chaque sexe biologique ; il définit ce qui sera attendu comme comportement « normal » de la part d’un homme ou d’une femme et contribue de façon plus ou moins contraignante à orienter chaque sexe  vers une « identité de groupe » prédéterminée et des parcours de vie « genrés » (en caricaturant à peine : l’infirmière et le soldat, la ballerine et le boxeur, la secrétaire et le patron).

Universalité du féminisme

Les acquis du féminisme sont voulus universels : que toute femme, tout homme soit doté des mêmes droits, reçoive les mêmes chances de se réaliser, et jouisse d’une même liberté indépendamment de son sexe biologique. Il n’y a pas de féminisme « réservé » ou « excluant » en fonction de quelque critère que ce soit ; il n’y a pas de féminisme blanc ou noir, du Nord ou du Sud, du riche ou du pauvre.

La liberté de faire le mariage de son choix, de faire carrière, d’avoir ou de ne pas avoir d’enfants, de participer à la vie sociale, de disposer à sa guise de son propre corps, d’aller et venir sans chaperon…tout cela qui est « bon pour moi » est aussi bon pour chaque femme (et chaque homme) dans le monde. Avoir un salaire égal à celui d’un homme pour le même emploi, recevoir la même part d’héritage, avoir la même voix qu’un homme en politique, au tribunal, et devant toutes les lois est bon pour chaque femme dans le monde.

Bon…mais pas encore réalisé, malgré de considérables progrès (dans les pays occidentaux notamment) : même en Belgique, des fillettes subissent l’excision, des jeunes filles sont mariées de force  et retirées de l’école ; partout, des femmes subissent la violence de leur conjoint (en France, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon et plus de 250 femmes sont violées chaque jour). Le féminisme est la volonté de faire disparaître ces injustices.

Le féminisme universaliste ne fait pas l’hypothèse de l’existence d’une « essence » qui caractériserait de façon globale les comportements, les goûts, les caractères, les capacités de tous les membres d’un même sexe. Il constate des différences individuelles, et reçoit comme êtres humains « égaux » toutes ces personnalités, sans imposer d’alignement à une soi disant « normalité ».

On pourrait paraphraser ce que disait K Popper [    ] de l’essentialisme en sciences ou en philosophie : cette conception du monde, ayant son origine dans les philosophies de Platon et surtout d’Aristote, qui consiste à demander d’une chose quelle est son essence ou sa vraie nature » plutôt qu’à observer sa variabilité et les invariances de quelques relations, a engagé la recherche sur la voie de la stérilité à chaque fois qu’elle a été mobilisée.

Usurpateurs et imposteurs

Le féminisme n’est l’apanage d’aucun parti politique et il n’est soumis à aucune idéologie autre que la sienne propre ; il ne peut souffrir la main mise d’aucune conviction religieuse ou philosophique ; toute velléité de l’inféoder à une quelconque pensée « supérieure » conduit à le pervertir, à le détourner de son but, à l’étouffer progressivement.

Le féminisme est une valeur porteuse, simple à définir et difficile à réaliser…et comme tout « produit » de grande valeur, il souffre de nombreuses contrefaçons.

Ainsi, depuis ses origines, le féminisme a trouvé dans son sillage quantité de mouvements n’adhérant pas à ses valeurs, mais s’autoproclamant « féministes autrement » : mouvements essentialiste, différentialiste, maternaliste, religieux, décolonial, intersectionnaliste rivalisent avec d’autres courants (imprégnés de misandrie, de puritanisme,…) pour noyer le poisson auprès du grand public qui parmi tous ces intitulés se dorant du blason féministe ne sait séparer le bon grain de l’ivraie. Nous tenterons, en quelques mots, de brosser les caractéristiques principales des « concurrents » du féminisme universaliste les plus répandus de nos jours.

  1.  le courant essentialiste (ou différentialiste) affirme que les hommes et les femmes sont par nature essentiellement différents et doivent de ce fait être traités différemment. Il postule l’existence de qualités innées différentes pour les deux sexes, qui leur confère ex-officio des rôles pré déterminés.
    L’essentialisme crée donc une norme pour ce qui relève du féminin et y enferme les femmes (et une norme du masculin pour enfermer les hommes). Historiquement, le différentialisme fut longtemps soutenu par ceux qui souhaitaient ainsi justifier les inégalités de statuts entre hommes et femmes : c’est donc un argument central en faveur de la domination masculine. Le « féminisme essentialiste » dont le principe est antinomique avec l’égalité n’est donc pas un féminisme, mais une idéologie sexiste, même lorsqu’elle valorise certaines vertus qualifiées de féminines.
  2. un courant religieux : « féminisme musulman » tente le « grand écart » consistant à se présenter sous la double bannière d’une des idéologies parmi les plus sexistes et misogynes et celle de la défense de droits des femmes. Tout en proclamant vouloir trouver un chemin féministe dans les méandres de l’islam rigoriste, l’essentiel des revendications émanant de cette tendance en occident consiste à militer pour le droit à porter le voile islamique sous toutes ses formes (niqab, etc.) et en toutes circonstances ; dans les pays musulmans toutefois, on observe d’autres revendications moins superficielles (s’opposant aux lapidations, aux certificats de virginité par exemple).Religion parmi les autres, l’Islam par sa résistance dure aux avancées de l’égalité entre les sexes s’oppose au droit à l’IVG, au libre choix de son partenaire (avec ou sans mariage), et persiste à promouvoir la polygamie, les mariages « arrangés » avec de très jeunes filles, la mise sous tutelle masculine des filles et des femmes ; sur certains thèmes, il trouve des alliances opportunistes avec les autres courants religieux (contre les droits sexuels et reproductifs, le « mariage pour tous », et pour l’interdiction du blasphème par exemple). Les mouvements « Pro-life » ne font à cet égard que figure de la partie visible de l’iceberg des reculades actuelles en terme de liberté des femmes à disposer de leur propre corps. Ces courants qui inféodent les revendications des femmes à des diktats religieux, s’opposant à l’idéal d’égalité entre les hommes et les femmes, demeurent parmi les principaux bastions de la domination masculine.
  3. le courant «  intersectionnaliste », (et ses dérivés « décoloniaux », « indigénistes », etc.) est l’un des derniers arrivés sur le marché idéologique et a désormais ses entrées dans nombre de grandes institutions belges (universités, organismes officiels et monde associatif). A l’origine, le concept d’intersectionnalité (Kimberlé Williams Crenshaw, 1989), né du constat évident de la pluralité des discriminations (sexisme, racisme, homophobie,…) proposait d’analyser une seconde évidence, à savoir le cas de personnes victimes de plusieurs d’entre elles. Ce concept a permis de faire évoluer positivement le système judiciaire américain. Depuis, et tout particulièrement en Europe, le concept, retiré de son contexte, corrompu et récupéré est devenu un amalgame de combats qui conduit à une hiérarchisation des luttes antidiscrimination. La défense de l’égalité hommes/femmes s’y dilue et devient parfois anecdotique, lorsque l’importance de l’injustice subie par une femme est évaluée au travers de prismes qui la rend relative : la violence commise à l’encontre d’une femme qui n’est en outre ni « blanche » ni « pauvre », ni « occidentale », ni homosexuelle, ni handicapée (etc.)…étant considérée comme moins grave. Le courant le « intersectionnaliste » tente de décrédibiliser le féminisme universaliste, accusé de collaborer à la domination occidentale. Certaines déclarations de ce mouvement confinent au racisme (inversé) et au sexisme.
  4. Si on ajoute à cela les mouvements qui se déclarent ouvertement opposés à l’égalité homme/femme, comme les courants masculinistes , les fondamentalismes religieux et le dangereux retour des idéologies d’extrême droite, à divers titres décomplexées et nostalgiques du KKK hitlérien (Kinder, Küche, Kirche assignant la place des femmes auprès des enfants, de la cuisine et de l’Eglise), on comprendra l’urgence de se réveiller sans attendre que la jeunesse du pays ne soit massivement contaminée par les appels racistes et sexistes de « Schild en Vrienden ».

Pour un féminisme uni

Si des femmes subissent violences ou injustice différentes selon leurs « origines », leur statut social, leur lieu de vie, mais inhérentes à leur sexe et non à d’autres facteurs, qui pourrait  prétendre  que la discrimination dont elles souffrent  n’est pas une facette du sexisme universel ? Mutilations sexuelles, polygamie, crimes d’honneurs, viols « thérapeutiques », violences conjugales…sont bien évidemment des crimes sexistes infligés aux femmes, et seront à combattre en tant que tels. Nul besoin  pour cela de créer des féminismes spécifiques ! La division du « mouvement » féministes en sous-mouvements, comme toute division, affaiblit le combat central, commun et universel.

Et alors, que faire ? Partout et tout le temps, que chacun-e devienne porteur de lumière et de progrès :

  • à la maison comme à l’école, offrir aux jeunes une éducation non genrée
  • en famille, entre amis, au travail refuser les stéréotypes sexistes (ou pire, misogynes)
  • en toute occasion, réaffirmer les vraies valeurs du féminisme, universaliste, libre de toute mainmise idéologique, partisane ou religieuse.

L’égalité ne sera pas donnée : elle doit se conquérir.

G. De Meur

 

Pistes de lecture

  • Popper « La société ouverte et ses ennemis », Routledge (1945)
  • Sigaud « La malédiction d’être une fille », Albin Michel (2019)
  • Guirous « Le suicide féministe », Ed. de l’Observatoire (2019)
  • Badinter « Fausse route », Odile Jacob (2003)
  • De Beauvoir « le deuxième sexe », Gallimard (1949)
  • Geerts «  Dis, c’est quoi le féminisme ? » Renaissance du livre (2017)
  • De Meur  «Féminismes contre Féminisme » La Pensée et les Hommes n°114 (2019)

 

Le tourisme et les femmes

Le tourisme est la plus grande industrie mondiale ?avec 1,4 milliard de personnes ayant passé au moins une nuit dans un pays étranger en 2018.

Mais qu’est-ce qui se cache réellement derrière le terme tourisme ? Le tourisme caractérise un « ensemble d’activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires ou pour d’autres motifs. »[1]

Le tourisme est un grand défi pour l’avenir car il représente de plus en plus une source « majeure, sinon la principale, de croissance, d’emploi, de revenus et de recettes pour beaucoup de pays en développement à travers le monde ».

En 2010, le secteur du tourisme était à l’origine de plus de 235 millions d’emplois dans le monde, soit 8,1 % de l’emploi total, les femmes représentant 54% des employés du tourisme. Les emplois concernent aussi bien l’hébergement des visiteurs, les activités de restauration, le transport ferroviaire, routier, aérien ou par voie d’eau, les agences de voyage, les activités culturelles…

Le tourisme est souvent présenté comme un levier puissant pour favoriser l’autonomisation des femmes. Ces dernières années, de nombreux progrès ont été réalisés à ce niveau, mais l’égalité n’est pas encore acquise. [2] Les femmes sont encore loin de jouir des mêmes droits, privilèges et avantages fondamentaux que les hommes. Les femmes gagnent toujours beaucoup moins que les hommes, effectuent une quantité disproportionnée de travaux ménagers, disposent de moins de droits, de moins de mobilité sociale et d’un accès limité aux ressources. Le tourisme est un secteur où les femmes sont vulnérables et doivent faire face à des types d’emplois précaires, à l’inégalité, à la violence au travail, au stress ainsi qu’au harcèlement sexuel.

Les difficultés rencontrées par les femmes

Les femmes gagnent en moyenne 10 et 15 % en  moins que leurs homologues masculins. [3]

L’Organisation Internationale du Travail (OIT) montre également que les femmes sont plus susceptibles de chercher des emplois à temps partiels ou flexibles. Par conséquent, elles cherchent régulièrement des emplois qui permettent cette flexibilité pour s’occuper de leurs enfants ou de leurs parents. Mais ces emplois ont tendance à payer moins et à être souvent plus précaires.

Les femmes travaillent également souvent bénévolement dans des entreprises familiales liées au tourisme. En réalisant par exemple les ménages dans un hôtel géré par un homme de la famille, elles travaillent de nombreuses heures sans salaire, ni réelle reconnaissance.

Elles sont moins susceptibles d’être promues à des postes de direction que leurs homologues masculins. Les postes qu’elles occupent ne permettent pas de réelles promotions.

Il existe bien des femmes qui créent leur propre entreprise mais elles sont bloquées à de nombreux niveaux : les moyens financiers, des compétences qui leur manquent car elles n’ont pas accès à certains domaines d’études. Mais malgré toutes ces difficultés, on observe une augmentation des femmes entrepreneurs dans le domaine du tourisme.

Elles sont moins soutenues que les hommes car il leur est plus difficile d’obtenir le financement nécessaire pour développer leur entreprise. Les banques sont beaucoup plus frileuses pour prêter de l’argent à une entrepreneuse qu’à un homme malgré le succès de bon nombre d’entreprises dirigées par des femmes : « 70% des petites et moyennes entreprises appartenant à des femmes ne sont pas desservies ou mal desservies par les institutions financières ». [4]

Si les femmes sont très nombreuses à suivre des études dans le domaine du tourisme, elles n’atteignent pas des niveaux d’études suffisants pour leur permettre d’accéder à des fonctions de leadership. On retrouve donc la majorité des femmes dans des emplois d’accueil ou de femmes de ménage alors que les hommes exercent des fonctions de guide ou de manager. [5] Ces dernières années, des investissements dans la formation professionnelle des femmes a permis d’avoir de bons résultats pour aider les femmes à accéder à des fonctions plus élevées. Pour cela, il a fallu permettre aux femmes d’acquérir des compétences techniques, de leadership mais aussi alphabétiser des femmes qui souvent n’ont pas eu accès à une scolarité classique. [6]

De grandes sociétés prennent conscience des inégalités qui persistent entre les hommes et les femmes.

 

 

Tourisme et prostitution

Si le tourisme peut aider la femme dans un processus d’autonomisation, il peut également la placer dans un cycle négatif de dépendance.

Certaines zones touristiques amènent une plus grande proportion de jeunes femmes qui se prostituent. Des « jeunes filles employées dans des bars travaillent  dans des conditions et des structures qui, loin d’améliorer leur situation financière, les engagent dans un cycle de dépendance dont il est difficile de s’échapper ». Elles travaillent pour un employeur qui les exploite pour eux-mêmes en retirer un maximum de profit. Travailleuses occasionnelles, les femmes travaillent à la commission et ne cotisent en aucun cas pour leur pension.

On a pu observer dans des zones de destination touristiques, que l’extension de la prostitution a provoqué la recrudescence de maladies graves, en particulier chez les femmes. En effet, la prostitution implique souvent des abus et de la violence exercés contre les femmes. Ces dernières sont souvent peu informées en matière de maladies sexuellement transmissibles.

Comment les acteurs du tourisme peuvent-ils agir pour l’équité homme/femme ?

Il existe un grand nombre de façons d’agir pour l’équité homme/femme, dont certaines sont très simples comme « l’écoute mutuelle, le respect, la créativité et l’instauration d’actions collectives au sein d’une équipe composée de femmes et d’hommes, tous à égalité sans exception ». Mais si on veut agir pour l’égalité homme/femme, il faut aussi changer les idées préconçues et reconsidérer sa communication. Veiller à ne pas diffuser des supports de communication qui indiquent à la femme le rôle qu’elle devrait tenir.

Certaines entreprises font le choix de valoriser le travail des femmes dans des milieux généralement réservés aux hommes.

Au sein de la société British Airways, on observe une absence de représentation des femmes aux échelons supérieurs de la hiérarchie, tant au niveau des pilotes que des cadres, ce qui explique les différences de salaire entre les hommes et les femmes. La société a voulu lutter contre ces inégalités et montrer aux femmes qu’elles étaient capables de mener des carrières de pilote en menant des campagnes de sensibilisation au sein des écoles et des universités.

C’est également une campagne de sensibilisation qui  a été choisie par ?????

D’autres entreprises agissent par la mise en place d’une politique responsable active sur le recrutement, l’accès à la formation, les congés maternité.

Des grandes chaînes d’hôtels comme Hilton ou Marriott ont mis en places des programmes de soutien aux femmes. Ils paient les congés de maternité ainsi que les congés parentaux, remboursent les frais de scolarité. Ce qui a permet aux femmes de pouvoir mener plus aisément vie familiale et professionnelle.

Les femmes ont souvent besoin d’une formation pratique qui leur permet de monter les échelons et d’oser se lancer comme entrepreneur. Elles ont également besoin d’être accompagnées, la création de communauté d’expertes bénévoles peut les aider à développer leur projet.

De manière plus globale, le tourisme durable se présente également  comme une solution pour favoriser l’égalité homme/femme. Le tourisme durable prône la parité entre les hommes et les femmes et l’accompagnement de ces dernières vers plus d’autonomie(…).

Il est important de veiller à renforcer la protection légale des femmes dans les emplois liés au tourisme. Et pour cela, les politiques liées au tourisme durable doivent inclure une réglementation du salaire minimum et une législation sur l’égalité des salaires et de lutter pour améliorer les conditions des congés de maternité, la flexibilité des horaires.[7]

Pour l’avenir

Des études sur le tourisme durable ont démontré que « les femmes dirigeantes font des choix stratégiques plus responsables avec une approche pérenne et plus éthique. Elles ont des objectifs de croissance durable, priorisent les relations humaines et s’appuient sur un modèle de management collectif. » [8] Il semble donc important d’amener plus de femmes à entreprendre dans le domaine du tourisme. Mais pour cela, il faut amener à changer les mentalités.

On peut apporter son soutien aux projets de développement, participer à des voyages solidaires qui aident les femmes dans leur quotidien et leurs démarches d’entreprenariat.[9] Il est important de (re)donner confiance aux femmes dans leurs capacités à mener à bien des projets dans le domaine du tourisme.

Marie Béclard
FAML

[1]Information consultée le 10 octobre 2019 sur le site http://fits-tourismesolidaire.org/ressource/pdf/B1bALaurentSyntheseCaracteriserletourismeresponsablefacteurdedeveloppementdurable.pdf

[2] Bureau international du travail, Outils sur la réduction de la pauvreté par le tourisme, Genève, 2011, p. 6.

[3] Global Report on Women in Tourism, p. 9 consulté le 12 octobre 2019 sur le site https://www.e-unwto.org/doi/pdf/10.18111/9789284420384

[4] Bureau international du travail, Outils sur la réduction de la pauvreté par le tourisme, Genève, 2011, p.8.

[5] Global Report on Women in Tourism, p. 14 consulté le 12 octobre 2019 sur le site https://www.e-unwto.org/doi/pdf/10.18111/9789284420384

[6] Global Report on Women in Tourism, p. 15 consulté le 12 octobre 2019 sur le site https://www.e-unwto.org/doi/pdf/10.18111/9789284420384

[7] Informations consultées le 10 octobre 2019 sur le site https://www.tourisme-durable.org/actus/item/880-quelle-place-a-la-femme-dans-le-tourisme

[8] Informations consultées le 10 octobre 2019 sur le site https://www.tourisme-durable.org/actus/item/880-quelle-place-a-la-femme-dans-le-tourisme

[9] Informations consultées le 10 octobre 2019 sur le site https://www.tourisme-durable.org/actus/item/880-quelle-place-a-la-femme-dans-le-tourisme.

La femme, son statut et ses (non) droits à travers l’histoire

Il suffit d’ouvrir un manuel d’histoire pour constater à quel point les femmes sont absentes dans ce domaine. Il y a bien quelques grandes dames dont on cite le nom et les exploits. Les femmes du commun des mortels, passent elles complètement à la trappe. Si depuis quelques décennies, on tente d’écrire une histoire de la femme, il n’est pas toujours évident de trouver les sources nécessaires dans une histoire écrite essentiellement  par des hommes pour des hommes.

A la préhistoire

Il est difficile de savoir ce qu’il en est réellement des femmes, de leurs droits et de leur statut à cette période. L’absence de textes complique l’étude de ces temps reculés et tout ce qui est envisagé par les différents scientifiques relève de l’hypothèse. Au XIXe siècle, les préhistoriens ont popularisé l’image des premières femmes « occupées à cueillir des baies en attendant le retour de leurs mâles chasseurs qui les entraîneront par les cheveux au fond de la caverne… »[1]

Mais aujourd’hui, beaucoup de spécialistes s’accordent à dire que l’image développée à cette époque et ensuite véhiculée par les films et la littérature est probablement biaisée. Des anthropologues s’orientent vers une théorie selon laquelle : « les hommes préhistoriques auraient été beaucoup plus calmes et organisés, avec des principes d’égalité entre hommes et femmes que ce que l’on aurait envisagé ».[2]

Des études sur des tribus modernes  de chasseurs-cueilleurs montrent une répartition égalitaire des tâches entre les hommes et les femmes. Des anthropologues pensent qu’on peut transférer cette logique moderne à la préhistoire puisque ces sociétés présentent beaucoup de similitudes. On peut supposer que : « les femmes avaient un rôle économique et social important avec des activités liées à la transformation et aux transports des animaux morts : les tâches sont attribuées en fonction des capacités et non du sexe. Elles avaient un rôle actif de cueillette et de collecte ». Les anthropologues supposent que les femmes avaient le droit de s’exprimer et étaient probablement aussi écoutées que les hommes.

 

 

Durant l’antiquité

En Mésopotamie, entre 1792 et 1750 avant J.-C., les femmes semblent protégées par des textes de lois précis comme c’est le cas dans le code Hammurabi. Elles sont lourdement punies lorsqu’elles commettent des fautes mais « elles sont aussi protégées du viol avec la peine de mort pour le coupable ». [3] Les femmes n’ont pas accès au pouvoir mais elles peuvent exercer certaines fonctions importantes comme être scribes.

Quelques siècles plus tard, en Grèce et plus particulièrement à Athènes, dans les familles aisées garçons et filles         reçoivent très tôt une éducation différente, puisque dès sept ans, les deux sexes sont séparés. Aux hommes, les apprentissages intellectuels, aux femmes on réserve une formation orientée vers la gestion de la maison et du domaine (travail de la laine, gestion du personnel …). Des formations qui s’expliquent par les tâches à venir de chacun de deux sexes puisque « les garçons sont formés à leur futur rôle de guerrier ou de citoyen  et les filles à leur futur rôle de mère et d’épouse ou de gestionnaire du domaine familial ».[4] En effet, les femmes n’ont pas le statut de citoyennes mais d’épouses ou de mères de citoyen. Elles ne peuvent accéder à la justice qu’avec l’accord de leur mari ou d’un tuteur. Il en va de même pour avoir accès à la propriété, elles ne peuvent pas posséder de biens immobiliers. [5]

Durant la Rome républicaine, la « société est fondée sur un système d’inégalité entre les citoyens, dans lequel les droits et les devoirs sont à géométrie variable, et sont essentiellement proportionnels à l’importance de la naissance et de la fortune » et aussi du sexe.

Les femmes sont tenues à l’écart des fonctions publiques et civiques. Le droit romain est clair: il n’est de citoyenneté possible que pour les hommes. Il n’existe même pas de terme pour désigner une citoyenne. [6]

Dans une jurisprudence romaine datée du Ve siècle avant J.-C., on apprend que les femmes même lorsqu’elles sont majeures doivent rester sous tutelle « sous une autorité masculine, que ce soit la potestas du père, la manus du mari, ou la tutelle d’un frère, d’un oncle ou d’un membre extérieur à la famille ».  [7]

Au Moyen-âge

Les femmes sont souvent absentes des sources puisque les textes sont écrits par des hommes qui ne leur accordaient que très peu d’importance. Le Moyen-âge ne fait pas exception à la règle. Seules les reines et les abbesses font couler un peu d’encre. De cette période considérée souvent comment période noire, on n’attend pas beaucoup d’amélioration des droits de la femme. Les viols, les droits de cuissage inondent la littérature et les films. Qu’en est-il  vraiment ?

Quand on parle des autres femmes ce n’est pas souvent en termes élogieux. On trouve dans certains textes que le mari peut frapper sa femme. En effet, dans les Coutumes de Clermont-en-Beauvaisis,  un ouvrage de droit français  écrit par Philippe de Beaumanoir à la fin du XIIIe siècle, on conseille même de réprimander son épouse  si elle est désobéissante.

Pourtant, les femmes mariées ont  quant à elles, des droits avancés et jouent un rôle beaucoup plus important que dans certaines régions et période de l’Antiquité. Elles peuvent hériter de terres, gérer des fiefs lorsque leur mari est absent, saisir les tribunaux. [8]

Au XIIIe siècle, les femmes  ont le droit de travailler : « Les corporations d’artisans se montrent ouvertes aux femmes. (…) Les statuts de la corporation des fourreurs de Bâle, rédigés en 1226, leur accordent les mêmes droits qu’aux hommes. (…) Elles sont également présentes dans les soins de santé. Elles exercent des emplois de sages-femmes mais aussi de médecins. On les retrouve aussi dans l’éducation. À Paris, on compte vingt-et-une maîtresses d’école à la tête d’écoles élémentaires de jeunes filles.[9] Au XIIIe siècle, on retrouve aussi des femmes libres qui se sont battues aux côtés des paysans contre l’oppression féodale. « Des femmes qui ont organisé la première grève des femmes à Bruxelles : elles considéraient que leur salaire versé par la Corporation des tisserands était insuffisant. Ce secteur était florissant en Belgique et reconnu internationalement. Elles ont donc arrêté le travail et ont menacé le secteur de la tapisserie d’être en faillite car leur travail se situait au début de la chaîne. Elles ont obtenu gain de cause : leur salaire a été augmenté. »[10]

On voit encore ici que l’obtention ou le maintien des droits de la femme est loin d’être une histoire linéaire.

A partir de 1300, des règlements urbains cherchent à  exclure les femmes des commerces qu’elles pouvaient tenir. En France aucune femme n’est  habilitée à étudier, ou encore moins à enseigner dans les universités. Les femmes perdent progressivement des droits.

Aux temps modernes

Si cette période est celle de la redécouverte de l’Antiquité en termes culturels et place l’Homme au centre de tout, on aurait pu espérer que les intellectuels de l’époque donnent aux femmes un statut équivalent au leur. Mais au contraire « C’est le début d’un mouvement souterrain qui va complètement évincer les femmes des fonctions publiques au 16e siècle et tenter de les renvoyer à leur vocation de potiche ». [11]

En effet, pour la femme, on assiste à « un durcissement de ses conditions de vie dans nombre de domaines et, pire, à  un recul de ses droits civiques, les femmes redeviennent des éternelles mineures.[12]

C’est à cette époque que les procès en sorcellerie débutent réellement contrairement à l’imaginaire collectif qui les place plutôt au Moyen-âge. En effet, c’est au XVe siècle et majoritairement au XVIe et au XVIIe siècle qu’on assiste à de nombreux procès pour sorcellerie. On accuse les femmes sans enfants  pour détourner l’impuissance de l’homme. Beaucoup de sages-femmes et de guérisseuses se sont vu également condamnés.[13] Pendant la Renaissance, « l’homme est remis au centre. Mais c’est de l’homme (petit h) dont on parle, pas l’Homme… Et toutes les femmes détentrices d’un certain savoir, et par extension d’un certain pouvoir, furent persécutées»[14]

 

 

La Révolution française

Une nouvelle chance pour les femmes d’être mieux considérées ?

Les femmes se sont battues pour l’égalité. Sur les représentations iconographiques de la Révolution française, on peut voir des hommes et des femmes qui mènent ensemble des actions: « prise de la Bastille, scènes de rue, de procès, d’assemblée, de pillage, d’exécution, de soutien aux armées partant défendre «la patrie en danger» ».

Les hommes ont pourtant réussi à les faire disparaître dans l’historiographie traditionnelle. On ne parle que d’hommes à l’exception de quelques femmes extraordinaires. La femme est totalement effacée comme si ce n’avait pas été le fruit de toute la population mais une révolution purement masculine.

Si la Révolution et son principe d’égalité laissaient augurer une amélioration et un changement de statut pour la femme. Il n’en est rien dans la réalité. Les femmes obtiennent bien le titre de «citoyenne» mais n’acquièrent pas pour autant de droits politiques et n’ont légalement pas le droit de vote.[15]

Pourtant, ce n’est pas l’intérêt politique qui manque chez les femmes.  Elles sont très  assidues dans les assemblées révolutionnaires. [16] Certaines d’entre elles expriment même des idées féministes qui visent à améliorer leur statut comme Olympe de Gouges et sa Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne mais le combat pour l’égalité reste encore long et difficile.

Sous l’Empire

Aucun droits politiques ou civils ne lui sont accordés. La femme reste une  éternelle mineure placée sous la coupe de son mari ou de celle de son père.

Depuis le 7 novembre 1800 en France,  les femmes ne pouvaient plus porter le pantalon sous peine d’être accusées de travestissement. Une loi qui n’a étonnement été abrogée qu’en 2013.[17]

En France, les premières revendications politiques apparaissent durant la Révolution de 1848, avec la mise en place du suffrage universel, encore réservé aux hommes.

Le XXe siècle

« Les femmes mariées obtiennent le droit d’ouvrir un compte d’épargne et d’en retirer de faibles sommes sans l’autorisation de leur mari. Elles peuvent aussi conclure un contrat de travail et toucher une partie de leur propre salaire. Elles peuvent dépenser cet argent sans autorisation de leur mari pour autant qu’il soit affecté aux besoins du ménage. Toutes les restrictions à disposer de son propre revenu professionnel seront levées en 1922, et le droit de percevoir sa propre pension sera instauré en 1928 ». Autant de choses qui semblent tellement naturelles actuellement, tellement inimaginables qu’elles en sont risibles et qui est pourtant, pour obtenir ces droits, il a fallu de longues luttes. En France, les femmes auront dû attendre jusqu’en 1965 et en 1976 en Belgique pour avoir le droit d’ouvrir un compte en banque sans l’accord de leur mari.   [18]

Si actuellement en Belgique, on a progressé sur la route de l’égalité homme-femme, la route reste encore très (trop) longue. On assiste encore à des inégalités salariales si deux individus salariés de la même société et possédant le même niveau de qualification exécutent des tâches similaires mais que par contre ils ne sont pas payés de la même façon. Bien que cette pratique soit illégale, il arrive encore que des hommes soient payés plus que des femmes à diplôme et poste équivalent.

Les femmes sont les grandes absentes de la hiérarchie dans bon nombre de sociétés. On explique souvent ce phénomène par le « plafond de verre ». Expression qui renvoie au fait que les femmes peuvent progresser dans la hiérarchie de l’entreprise mais seulement jusqu’à un certain niveau. Elles n’atteignent que rarement les postes les plus hauts. Comment expliquer que la Belgique n’a jamais eu de premier ministre femme jusqu’à la nomination de Sophie Wilmès dans une fonction que peu d’hommes auraient accepté pour combler le vide du pouvoir fédéral ? Et même en regardant chez nos voisins, les dirigeants femmes sont à compter sur les doigts d’une main. [19]

On l’a vu à travers l’histoire, jamais les droits ne sont totalement acquis pour la femme et un retour en arrière n’est jamais impossible. Il ne faut pas aller très loin ni géographiquement ni dans le temps pour assister à des pertes de droits pour la gente féminine. En 2016, La Pologne a tenté d’interdire totalement l’avortement mais sous la  pression, l’a fortement limité : il n’est autorisé qu’en cas de viol, d’inceste, de danger pour la mère ou de malformation irréversible du fœtus. A Malte, en 2019, il reste interdit qu’importe le motif et implique une peine de prison pour la femme et le médecin qui ne respecteraient pas l’interdit.  [20]

Les religions « Les religions n’aiment pas les droits des femmes » [21]? On peut se poser la question quand on assiste à des situations comme celle d’une fillette de neuf ans  qui est excommuniée pour avoir avorté suite aux viols répétés de son beau-père et face au risque important de décès pour la jeune mère.  Pour citer Geneviève Fraisse : « Allons-y sans détour : aucune religion ne pense l’égalité des sexes, aucun des trois monothéismes notamment. Chrétiens, juifs, musulmans louvoient tous à leur façon pour éviter cette question brutale : l’égalité, doublée de la liberté, pour tous et toutes ». [22]

Peut-on vraiment lui donner tort ? Restons vigilant(e)s, l’histoire nous a appris qu’en matière d’égalité homme-femme rien n’est jamais acquis définitivement.

Marie Béclard
FAML

 

[1] I. GREGOR, Les tribulations des femmes à travers l’Histoire, herodote.net, p.8.

[2] https://www.hominides.com/html/actualites/egalite-sexes-prehistoire-0924.php

[3] I. GREGOR, Les tribulations des femmes à travers l’Histoire, p.14.

[4] C. MARISSAL, Femmes hommes Un passé commun Antiquité et Moyen âge, http://www.avg-carhif.be/media/d_Femmesethommesdanslhistoire_71317.pdf

[5] A. CHATELARD, « minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome » dans Clio. Femmes, Genre, Histoire » 2016/1, 43, p.27.

[6] A. CHATELARD, « minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome » dans Clio. Femmes, Genre, Histoire » 2016/1, 43, p.27.

[7]

[8] https://www.boutique.afnor.org/resources/8c157a96-2705-475d-b149-785413ce2091.pdf

[9] I. GREGOR, Les tribulations des femmes à travers l’Histoire, herodote.net, p.54.

[10] Conférence : le féminisme ne sert plus à rien, p. 3 consulté le 10 octobre 2019 sur http://www.lepoissonsansbicyclette.be/wp-content/uploads/2018/04/180318-Ape%CC%81ro-le-fe%CC%81minisme-c%CC%A7a-sert-plus-a%CC%80-rien-.pdf

[11] I. GREGOR, Les tribulations des femmes à travers l’Histoire, herodote.net, p.57.

[12] I. GREGOR, Les tribulations des femmes à travers l’Histoire, herodote.net, p.59.

[13] Informations consultées le 11 octobre 2019 sur le site https://www.franceinter.fr/culture/la-chasse-aux-sorcieres-la-face-cachee-de-la-renaissance

[14]

[15]N. THÉVENET,  Les femmes et la Révolution française, https://www.reseau-canope.fr/la-classe-loeuvre/fileadmin/user_upload/projets/musee935/MRF-DossierPed-FemmesRevol.pdf

[16] N. THÉVENET,  Les femmes et la Révolution française, https://www.reseau-canope.fr/la-classe-loeuvre/fileadmin/user_upload/projets/musee935/MRF-DossierPed-FemmesRevol.pdf, p.4.

[17] Informations consultées dans l’article, Les femmes ont (enfin) le droit de porter un pantalon

https://www.bfmtv.com/politique/femmes-ont-enfin-droit-porter-un-pantalon-439964.html

[18] Conférence : le féminisme ne sert plus à rien, p. 6 consulté le 10 octobre 2019 sur http://www.lepoissonsansbicyclette.be/wp-content/uploads/2018/04/180318-Ape%CC%81ro-le-fe%CC%81minisme-c%CC%A7a-sert-plus-a%CC%80-rien-.pdf

[19] Informations consultées le 4 septembre sur le site https://igvm-iefh.belgium.be/fr/activites/emploi/plafond_de_verre

[20] Informations consultées le 4 septembre sur le site https://www.touteleurope.eu/actualite/le-droit-a-l-avortement-dans-l-ue.html

[21] Religions et droits des femmes : un combat éternel  Informations consultées le 4 septembre sur le site genreenaction.net/Religions-et-droits-des-femmes-un-eternel-combat.html

[22] Religions et droits des femmes : un combat éternel  Informations consultées le 4 septembre sur le site genreenaction.net/Religions-et-droits-des-femmes-un-eternel-combat.html